Saint-Estèphe

Millésimes

Les vins racés et élégants de Saint-Estèphe

Bien que le vin de Saint-Estèphe présente un même ADN, on ne peut le réduire à un style unique tant la grande diversité des microclimats et des terroirs dont il est issu lui apportent une multitude d’expressions et de nuances. Cependant on peut le décrire comme un vin possédant une très grande puissance tannique qui lui confère une aptitude exceptionnelle au vieillissement. Ce qui ne l’empêche pas d’être apprécié dans sa jeunesse tant ses tanins racés et élégants le définissent dans une structure harmonieuse et savoureuse.

2020 clôture la décennie avec panache ! Le millésime incarne ce que Bordeaux sait produire de mieux: un grand millésime classique, complet, complexe, riche et onctueux. Il appartient aux beaux millésimes précoces. Surdoué, il l’est par ses prouesses à marier le feu et l’eau pour atteindre l’équilibre. Si la chaleur caractérise ce millésime tout au long de l’année et le fait figurer parmi les 5 millésimes les plus précoces des 20 dernières années, la pluviométrie contrastée qui nous a obligé à beaucoup de vigilance dans la vigne s’est révélée être sa meilleure ennemie.

Basile Tesseron, Président du Syndicat Viticole de Saint-Estèphe

Être vigneron, c’est être agriculteur avant tout. La force de notre village est autant liée à sa situation géographique et à son terroir, qu’aux hommes et aux femmes qui y travaillent la terre tout au long de l’année. Une météo 2019, bien que favorable, ne nous a pas mis à l’abri du travail.  La période de floraison a été un peu perturbée par un épisode pluvieux qui a laissé la place à un des étés les plus chauds que nous ayons connu. Quelques pluies en septembre ont aidé au déblocage des maturités. Cette météo clémente a bien souvent aussi permis aux domaines de limiter les traitements et donc de réduire notre impact environnemental. La date de récolte est restée dans la normale trentenaire. Côté vins, les sucres étant assez élevés, les extractions pouvaient être rapides avec des tanins qu’il fallait maîtriser.  Nous gardons un sourire en coin, le regard rieur, en nous rassurant.

Basile Tesseron, Président du Syndicat Viticole de Saint-Estèphe

2018 peut être qualifié de mémorable tant il a marqué les esprits des viticulteurs en raison des conditions météorologiques surprenantes. Un miraculé en quelque sorte et sans aucun doute un millésime exceptionnel. Car si les premiers mois de l’année ont été très difficiles avec les conditions climatiques extrêmes du printemps qui ont fait craindre le pire, le grand beau temps de l’été qui a perduré jusqu’en octobre, a donné à 2018 tous les atouts d’un grand. L’adage « Après la pluie, le beau temps » résume parfaitement l’année. C’est bien le retour du soleil et de la chaleur qui a sauvé ce millésime et l’a inscrit dans la lignée des plus grands en lui conférant une fraîcheur et une concentration exceptionnelle. Une fois de plus les terroirs de Saint-Estèphe ont démontré leur grande capacité à tirer profit des contradictions climatiques notamment en restituant pendant la sécheresse estivale l’eau des réserves hydriques accumulées tout au long d’un hiver pluvieux.

Bernard Audoy, Président de l’O.D.G. de Saint-Estèphe

2017, à Saint-Estèphe, conjure le sort des millésimes en « 7 » et ce malgré le ressenti lié au triste épisode du gel de fin avril et aux précipitations avant les vendanges qui ont pu imprégner nos souvenirs. C’est un millésime qu’il convient de regarder de près si l’on souhaite comprendre sa vérité et sa complexité. Car si l’on ne peut parler d’homogénéité du millésime 2017 dans le bordelais tant la nature s’est montrée capricieuse et injuste pour certains, en ce qui concerne l’appellation Saint-Estèphe nous pouvons affirmer la clémence de Dame Nature qui a donné un millésime où qualité et quantité sont réunies. Avec ses terroirs propres à faire de grands vins, l’ensemble de l’appellation a été épargnée par le gel survenu le 27 et 28 avril. De ce fait les déclarations de récolte offrent des rendements quasiment identiques à ceux de 2016. Un autre facteur important du millésime est sa précocité. En effet 2017 est un des millésimes les plus précoces de l’histoire grâce en particulier à un excellent mois de juin qui a favorisé une homogénéité phénolique remarquable de la floraison aux vendanges.

Bernard Audoy, Président de l’O.D.G. de Saint-Estèphe

2016 inaugure le premier numéro d’une série de carnets de vendanges vous informant sur les conditions spécifiques à notre appellation. Notre enthousiasme pour le millésime 2016 est tel qu’il a suscité notre envie de vous communiquer quelques explications. Et pourtant, qui aurait parié début 2016 sur la qualité du millésime à venir ? C’était sans compter sur Dame Nature et son pouvoir magique d’inverser les conditions climatiques afin de les rendre optimales !

Car on a bien assisté en 2016 à un déroulé climatique inédit caractérisé par une pluviométrie record de janvier à juin suivie par un climat méditerranéen diffusant sans discontinuité chaleur et ensoleillement pour donner à 2016 le caractère d’un très grand millésime. La nature nous réserve toujours des surprises.

Bernard Audoy, Président de l’O.D.G. de Saint-Estèphe

.

Commentaires

Ajouter un commentaire