Saint-Estèphe

History

Saint-Estèphe, which was named ‘Saint-Esteve de Calones’ up until the 18th century (de Calonès meaning small receptacles for carrying wood) was born from the river with the first inhabitants using it as a means of developing commercial partnerships. The numerous streams, brooks and marshes conceal remnants of the region’s past and give us a valuable insight into the history of this beautiful winemaking village.

From the Bronze age up until the appearance of the first vines

The origins of Saint-Estèphe date back to ancient times. Numerous traces  and archaeological ruins attest to a presence on its soil as far back as the Bronze Age (3500 B.C.). Its close proximity to the river made it easy for boatsmen of all origins to purchase local produce and exchange merchandise.


Wines were present as far back as the gallo-roman era


The Gauls of the Médoc, a native Celtic people known as the Médulli, who gave their own name to the Médoc (meaning ‘the land in the middle’ or ‘the middle of the waters’) most likely began to cultivate vines here after being introduced to wines imported from Italy by the Romans.

Although we cannot really speak of viticulture in the Médoc before the Middle Ages, it is highly likely that commercial and cultural relationships between these two peoples contributed to their knowledge of vine growing.

The mystery of Noviamagus! The lost Roman city of Noviamagus, mentioned in ‘Ptolemy’s Geography’, was just as large as the city of Burdigala (now Bordeaux) and was located, according to historians and geographical researchers, near the archaeological site of Brion, close the what is now Saint-Estèphe

Viticulture was developed by monks in the middle ages

Winegrowing in Saint-Estèphe probably dates back to the 13th century. It was initially developed by monks and continued to evolve throughout the Middle Ages. Wine was divine and much more readily consumed than the somewhat doubtful water. Saint-Estèphe is also situated on the Saint-Jacques de Compostelle pilgrimage route (the famous Way of Saint James). Arriving from the North for the worship of relics, they braved the dangers and crossed the river before mooring in the port of Saint-Estèphe. They took refuge in the churches of Notre-Dame- Entre-Deux- Arcs (situated at the entrance to the port before being destroyed in 1704) and Notre-Dame- de-Couleys (where Château Meyney now lies). The passage of the pilgrims here attracted numerous tradesmen. ‘La Foire de la Chapelle’ (Chapel Fair) is still held in early September every year and bears witness to this era.


Despite certain periods of unrest, the English Occupation undeniably led to a sustainable economic rise in viticulture. The port of Saint-Estèphe enjoyed close links with the vines and continued to do so up until the 18th century.


The "planting fever" of the 18th century

The marshy landscapes, formed of small islands, changed drastically as of the 17th century following the drying up of the marshes by the Dutch at the request of Henry IV.


Extrait de la carte du cours de la Garonne, 1759

The marshy landscapes were gradually replaced by a landscape of vineyards on sunny outcrops until viticulture became almost the only form of cultivation in the village.

The modern division of the land into individual plots marked the beginnings of the wine domaines as we know them today. Wealthy Bordeaux parliamentarians began to take an interest in this geographical area to the north of Bordeaux and instigated a veritable colonisation here.

Its rise in popularity was accentuated by the notion of ‘Cru’ which was developed in the early 18th century. The wines, referred to as ‘the New French Claret’, improved considerably in quality and earned themselves a reputation with international consumers.

Although the largest wine domaines belonged to nobility, aristocrats and wealthy wine merchants, Saint-Estèphe still counted a large number of local winemaking families who owned smaller sized domaines.

The 19th century saw the beginnings of modern viticulture

The original priory barns of the Middle Ages (the ‘Bourdieux’) have long  since disappeared and been replaced by châteaux of varying architectural forms. The addition of the attractive word ‘château’ to that of the ‘cru’ was undoubtedly the reason behind the frantic construction of numerous châteaux throughout the 19th century. In the second part of the 19th century, new buyers including wealthy businessmen, merchants and French and foreign bankers began to purchase and develop the estates.

Saint-Estèphe today

The winemaking village of Saint-Estèphe has remained intrinsically linked to its vineyards, although its deep historical roots have not prevented it from staying at the forefront of innovation and counting some of the world’s most prestigious châteaux to its name. The image of Saint-Estèphe is one of a perfect symbiosis between tradition and modernity.

The appellation counts:

5 Crus Classés (Classified Growths from the 1855 classification)
Around twenty Cru Bourgeois
Around thirty ‘Hors Classés’ (‘Unclassified’)
1 Cru Artisan
1 cooperative cellar

Learn more about the history of Saint-Estèphe


Saint-Estèphe, history of a wine-growing village

Saint-Estèphe is said to be the transformation in local dialect of “Saint-Etienne” as we are reminded by the church of the same name built in 1764 on the ruins of a Romanesque church.  It is known that in early Christianity, churches dedicated to Saint-Etienne were built on the sites of old Roman villas.  Saint-Estèphe, which until the 18th Century was called Saint-Esteve de Calones (from “Calonès” meaning small wood-carrying vessels), owes its birth to the River. This river, commonly called ”la rivière”, created a connection between man and land that appears to be stronger here than in other wine regions.  It is also known that at the site of the present day port there once stood another church, destroyed in 1704, known as “Notre-Dame-Entre-Deux-Arcs” as it was located on an outcrop of land between two esteys (small streams) forming two arcs. This description conjures up an image of an unusual, almost bizarre, landscape.  At the time the peninsula was made up of a series of many islands, a sort of world’s end whose watery milieu would have forced inhabitants to adapt and taught them how to master the environment. It was not until more recent times when the marshes were drained that we could admire the landscape as it is today, mellowed by time and finally revealing its secret. Walking along the bank of the estuary, we can contemplate the many gravelly slopes seeming to greet the river that created them. Yet, way back in time, thousands of years ago, this tranquil looking river was a terrifying sea that tore rocks and pebbles from the distant mountains and carried them off, dropping them here and there, and in so doing gave the soil its bedrock, the essence of the Saint-Estèphe terroir. A terroir blessed by nature…

I- before the vine, the taming of a secret, unique and changing land, early MASTERY of the environment

From the Bronze Age to the vine

It is in this landscape created by the turbulence of the estuary that Saint-Estèphe has its genesis. Here, the pervading spirit of rural tradition is said to be the result of the land having been occupied from early times. Long before the vine, which appears to date from Gallo-Roman times, and since the middle of the Bronze Age (-3500 BC), Saint-Estèphe has seen a fair amount of human occupation. The area’s metallurgical production was recognized as being one of the most important on the European Atlantic coast. Archaeological relics such as polished axes dating from the Neolithic Period are evidence of local bronze production.  Other artifacts such as Gallic coins dating from the Iron Age (800 to 50 BC) indicate that there was a large deposit of iron ore, particularly at a spot known as “l’Hereteyre” meaning “land of iron” in the old Gascon language. Saint-Estèphe’s location on the river edge facilitated the trade and export of its production. The first Bronze and Iron Age inhabitants, living near the water for practical reasons but also careful to occupy the fertile lands and protective hillocks rising above the marshes, gradually developed livestock farming and agriculture. Yet to be known as Saint-Estèphe, this inhabited area also developed because of its location on the river edge that provided a number of shelters that were considered “safe”.

At Saint-Estèphe, men maintain a sacred bond with their land

The river to which Saint-Estèphe owes so much has not only brought prosperity.  It should not be forgotten that it opened the door to the numerous invasions and destructions to which the village was victim over many centuries. Its river port location was an open invitation that attracted barbarians and other invaders who sought entry into this secret land.  Many legends about the estuary are part of its history.


II- Saint-Estèphe, a land of exchange even in gallo-Roman times,

The Gauls of the Medoc, known as the Medulli – an indigenous Celtic tribe who are said to have given their name to the Medoc - “terre du Milieu” (middle-earth), “milieu des eaux”     (middle of the water) - without doubt started to cultivate the vine after becoming familiar with wine imported from Italy by the Romans.  Before the Middle Ages we cannot really speak of a wine growing culture in the Medoc, but it is believed that trade and cultural exchanges between these two peoples played a part in the introduction of improvements and innovations in viticulture. The Romans appreciated the skills of the Gauls, particularly in metallurgy, wool weaving and especially wood working techniques, such as cooperage (barrel-making), a judicious invention that our fine wines could not have done without. The Gauls and particularly the Bituriges Vivisques, the founders of Burdigala (Bordeaux), acclimatized the Biturica grape variety, possible ancestor to our Cabernet.  The many roman artifacts discovered more or less throughout the appellation area (Aillan, Cos, Meney, l’Hôpital de Mignot, Montrose or in the St Estèphe village), include vases, tiles, coins and axes.

Could Saint-Estèphe’s port be an extension of Noviamagus, the great Gallo-Roman metropolis?

As the reader would have gathered, the river has played a vital role in the history of Saint-Estèphe by permitting ships from all parts of the world to take in supplies of local produce or to trade goods. The many streams, esteys and marshes also played their part in the commune’s history.

Boat moorings discovered at the foot of an old tower in Saint-Corbian, more precisely in a plot of vines belonging to Château Tour des Termes (which means “Lands End”), confirm that there was a large navigation network in the marshes and broad, now dry channels. Marshes that were used until the 18th Century and that once formed a large bay connecting to the Gironde, can still be found near the tower. The present day Château Calon-Ségur is situated on the site of a Gallic oppidum. The boats came to dock as far as “Calon” whose Gallic etymological origin relates to water and stone. From Gallo-Roman times, meeting places were set up at border intersections accessible by water in order to facilitate trade. The marais de Reysson (Reysson marsh) was one such example. It included several harbours, those of Saint-Estèphe, Cadourne, Saint-Germain d’Esteuil and Vertheuil. Invented by the Gauls, and adopted by the Romans, this type of border-market situated along the river edge, of which there were around ten or so in Europe, were often referred to as “new market” or Noviamagus.

It is known that at this time there was another port town as important as that of Burdigala: Noviamagus. There have been numerous theories attempting to pinpoint the location of this town that was probably swallowed up by the waters. Some scholars believe that Saint-Estèphe may have been an extension of Noviamagus or at least included within the same geographical area.  Its port may not have died out but might simply have sunk. The discovery of the Brion archaeological site near Saint-Estèphe showed that there were once important buildings in this area. The Romans could have created a new town with significant trading and administrative activity that included a theatre and lavish villas. The Brion site is indicative of a richness of occupancy typically found in large urban centres.  This theory is borne out by the ruins of a semi circular theatre of around 2000 seats as large as the Palais Gallien in Bordeaux. The southern part of the Marais de Reysson, located in Saint-Estèphe, is rich in Gallo-Roman finds. Other remains such as those of the Bois-Carré villa, near Saint-Estèphe, located at the edge of the marsh in the Saint-Yzans commune, are important evidence of what was once a great agricultural estate. The numerous objects found, such as tableware of Italian origin, Belgian necklaces and various coins, point to the central role that trading and outside exchanges would have had. It is likely that this busy area was indeed Noviamagus but this town still lies concealed and will continue to nourish legends unless it one day re-emerges from the river on a strong tide.

III-Saint-Estèphe au Moyen-âge, les prémices d’une grande viticulture

Avec le Moyen-âge, Saint-Estèphe comme le reste du Médoc rentra dans une période difficile et devint le théâtre des guerres de Guienne. Ce fleuve porteur de prospérité et d’échanges à l’époque gallo-romaine servait plus souvent aux invasions barbares. Les débuts du Moyen-Age furent particulièrement éprouvants avec l’arrivée des Saxons, des Wisigoths qui ont dû vraisemblablement accoster à Saint-Estèphe, pillant et brûlant tout sur leur passage. Mais aussi les invasions musulmanes, les Vikings au 9ème siècle qui terrorisaient les populations des bords de fleuve. Bien que le Médoc entier s’en trouva affaibli et devint pour longtemps une terre sauvage et déserte comme le décrira  plus tard le poète du 16ème siècle, Etienne de la Boètie –les habitants des rivages comme ceux de Saint-Estèphe, ont semble t-il résisté et contribué à la mise en place d’une nouvelle société orientée vers la viticulture. Cette viticulture qui à Saint-Estèphe paraît plus ancienne que dans les autres communes, remonterait au moins au 13ème siècle.

Saint-Esteve de Calones, terre de Pèlerins, la route de Saint-Jacques de Compostelle

Saint-Estèphe n’est pas seulement un port et un relais fréquenté par les bateaux de commerce, c’est aussi un passage pour les pèlerins en route pour Santiago de Compostelle en Espagne.

C’est au 13ème siècle qu’est fondé l’Hôpital de Mignot par la Commanderie Hospitalière de Saint Jean de Jérusalem. Par la suite, l’Hôpital devint la chapelle d’Anteilhan qui disparut au 19ème siècle. Les nombreux pèlerins et voyageurs s’y rendaient et trouvaient refuge. Aujourd’hui seul le nom du hameau de Saint-Estèphe « L’Hôpital » témoigne de ce passé. Il se situe au sud-ouest de la commune à la jonction avec Cissac dans le prolongement du Cendrayre, juste avant Coutelin.

Les pèlerins venant du nord, animés par le culte des reliques, bravant les dangers, pouvaient accoster dans divers ports situés au bord d’un chenal, d’un estey ou d’une « rouille » et chercher secours et hospitalité.

A cette époque, deux églises, en plus de l’église romane du Bourg, se trouvaient alors sur le territoire de la commune: Notre-Dame-Entre-Deux-Arcs et Notre-Dame-de-Couleys. Proches de la rivière, elles étaient, semble-t-il, toutes deux des lieux de prières à priori importants. Notre-Dame-Entre-deux-Arcs était située sur l’actuel port de Saint-Estèphe. Cette église connut une très grande fréquentation après le départ des anglais de Guienne. En effet le roi de France pour sécuriser l’estuaire fit interdire aux navires marchands anglais de remonter l’estuaire au-delà de Notre-Dame-Entre-Deux-Arcs, et ils s’arrêtaient donc à Saint-Estèphe pour se rapprocher au maximum de Bordeaux. L’église de Notre-Dame-Entre-deux-Arcs fut détruite en 1704,  ses pierres furent utilisées pour la construction de l’actuelle église du bourg. Aujourd’hui une petite chapelle privée subsiste au port. Cette chapelle du port a donné son nom à la célèbre  « Foire de la Chapelle » de Saint-Estèphe qui perdure encore et a lieu sur le port chaque année en début septembre. L’origine de cette foire fut le passage chaque année des pèlerins pour Saint-Jacques de Compostelle, ce qui attirait de nombreux marchands.

L’occupation anglaise: bénéfique au commerce du vin

Par son mariage en 1152 avec Henri II Plantagenêt, le futur roi d’Angleterre, Aliénor d’Aquitaine assura pour longtemps aux vins de Bordeaux des débouchés commerciaux. On se plait à imaginer la belle reine se rendant à Soulac au port des Anglots en empruntant la Levade (antique voie romaine appelée par la suite le chemin de la ‘Reyne’) pour sillonner ses terres médocaines. Durant la guerre de Cent Ans, Saint-Estèphe comme le reste de la Gironde fut le théâtre de règlements de compte entre les anglais et les français. Quelques vestiges de tours et forteresses témoignent de cette période. Souvent construites sur des anciens camps romains, ces bâtisses servaient à se défendre mais aussi à communiquer pour prévenir des dangers. C’est le cas du château du Breuil à Cissac. D’origine gallo-romaine, il fut l’un des enjeux de la guerre franco-anglaise car il contrôlait l’accès aux marais de Lafite et du Breuil. Malgré ces conflits, le fleuve continua d’exercer son rôle d’échanges et de transports de marchandises. Les habitants comprenaient bien les intérêts des échanges commerciaux avec l’Angleterre et ne semblaient pas vouloir prendre part dans ce conflit. C’est sous cette lutte franco-anglaise qui s’éternisa sur 5 siècles que Saint-Estèphe entama une vocation viticole tournée vers le commerce et l’exportation. Son port de Notre Dame entre Deux Arcs connut au 15ème siècle une activité intense. Les anglais ont incontestablement favorisé un essor économique durable.

Dès le 13ème siècle la vigne s’impose à Saint-Esteve de Calon, les premiers viticulteurs

La propagation du christianisme avec l’implantation des monastères et abbayes a développé la culture de la vigne. Le vin symbolisé par le sang du Christ a probablement apporté une autre dimension à la société du Moyen-âge. Outre l’aspect symbolique de la communion, le vin avait un rôle important dans la vie des monastères et des prieurés ; il faisait l’objet de règles « Mieux vaut prendre un peu de vin par nécessité que beaucoup d’eau par avidité » disait-on. Le vin était apprécié pour plusieurs raisons, il réconfortait les voyageurs et pèlerins, soignait les malades et offrait un substantiel revenu. De plus, faire du vin était un symbole de prestige et d’autorité.

L’exemple à Saint-Estèphe du prieuré de Notre Dame de Coleys est intéressant. Il a aujourd’hui complètement disparu mais se situait à l’emplacement de l’actuel château Meyney. A l’origine la « maison de Coley » dépendait de la vaste seigneurie de Calon. Dans ce lieu la viticulture est très ancienne et fut probablement implantée dès l’époque gallo-romaine. On sait que le prieuré existait en 1276 et qu’un siècle avant « la fureur de planter », la vigne y fructifiait grâce à l’ordre des Feuillants. En fait il s’agissait d’un prieuré-grange établi sur un modèle imaginé par les moines de l’abbaye de Cîteaux. Ce qui signifiait que l’exploitation agricole concernait un vaste domaine comprenant polyculture et élevage mais aussi maisons, jardins, cabanes, terres cultivables, vignes, bois, prés et pâturages. C’était un véritable lieu de vie, un centre administratif avec un petit port situé près de la Rouille des Moines, qui permettait le transport des passagers et des marchandises. Le prieuré fut détruit puis reconstruit en 1662. Les moines de notre Dame de Coleys ont énormément contribué au développement de la vigne à Saint-Estèphe.

En devenant au 13ème siècle la cure annexe de l’archiprêté de Lesparre, dirigée par Guy Martin, seigneur de Calon, Saint-Esteve de Calone connut une certaine prospérité liée essentiellement à son terroir planté de « bonnes vignes ». Celles-ci rapportaient déjà beaucoup, plus que le grain qui restait souvent partout ailleurs la production majoritaire.

La commune était gérée par le seigneur de Calon, propriétaire du fief de Calon, le plus ancien de Saint-Estèphe. D’autres fiefs semblaient importants, celui de Blanquet, la seigneurie vassale de Lassale de Pez, fief du prévôt. Pez est aussi un ancien territoire viticole. Sa création remonte au 15ème  siècle mais c’est surtout aux Pontac, également créateurs de Haut-Brion, que Pez doit le début de "gloire" de son vignoble. Pez demeura dans cette famille jusqu'à la Révolution, au travers du Marquis d'Aulède et du Comte de Fumel, commandant de la province de Guienne.

Le seigneur était à la fois chef militaire, percepteur et justicier. Il possédait son domaine avec maison, moulin, bois, jardins et des terres cultivées par des tenanciers qui lui devaient des redevances. Les seigneuries vivaient ainsi en autarcie. Si au début la vigne était cultivée pour le plaisir de la table et payer des redevances, elle devint rapidement  source de profits. 

La famille Canteloup célèbre au 14ème siècle possédait le château de Canteloup situé à l’emplacement de l’actuelle Mairie. Cette propriété, disparue aujourd’hui, appartint à Bertrand de Goth, archevêque de Bordeaux, plus connu sous son nom de pape, Clément V. Ce dernier en fit don à Arnaud de Canteloup son neveu, et le domaine resta la propriété de l’archevêché de Bordeaux jusqu’à la Révolution. 

Autre exemple : l’actuel château Pomys, dont la bâtisse principale est aujourd’hui convertie en un hôtel-restaurant, présente une des plus belles architectures de Saint-Estèphe. Connu au 15ème siècle sous le nom de ‘maison noble de Pomys’ le château a été probablement construit sur les fondations de l’ancienne bâtisse du Moyen-âge.

L’activité intense du port au 15ème siècle

Après la défaite des Anglais en 1453 à la Bataille de Castillon qui marqua la fin de la guerre de Cent Ans, ces derniers continuèrent à commercer avec la Guienne. Ils avaient bien souvent l’appui de nombreux bordelais, mécontents d’avoir perdus leurs privilèges après la reconquête française. Cette situation perdura longtemps et amena les autorités à renforcer la défense de l’estuaire. En 1469, Louis XI interdit aux navigateurs anglais de remonter la Gironde au-delà de Saint-Estèphe au port de Notre-Dame-entre-deux Arcs. Grâce à cette heureuse décision politique, le port de Saint-Estèphe connut alors une prospérité qui n’est pas sans rappeler celle des temps gallo-romains puisque durant des années Saint-Estèphe remplaça le port de Bordeaux et pouvait, parait-il, accueillir jusqu’à 200 bateaux !. Le fleuve restait le moyen de transport le plus utilisé, plus fiable que la vieille route romaine de la Levade. Les bateliers et passeurs étaient nombreux à offrir leurs services.

Un nouveau paysage pour accueillir la vigne

Le paysage marécageux, composé d’îles va changer de physionomie à partir du 17ème siècle avec l’assèchement des marais entrepris par les hollandais à la demande d’Henri IV et la fixation des vases qui va accroître la surface de terres fermes. Cet assainissement fit disparaître les grands plans d’eau laissant place à des esteys forts utiles pour l’écoulement naturel des eaux. Le port de Saint-Estèphe connut alors une activité intense en partie grâce au commerce du vin. Sa situation privilégiée permettait un bon accostage des bateaux. Grâce à sa position avancée, le port était protégé des violences de l’estuaire. D’autre part, les Seigneurs commençaient à défricher les forêts et les landes et un paysage de champs de vignes sur des croupes ensoleillées prenait de l’ampleur. 

Après les guerres de religions qui occasionnèrent des nouveaux troubles, le 18ème offrit une période de répit permettant à Saint-Estèphe une structuration de son vignoble.

IV-Aux 17ème et 18ème, la vigne devint pratiquement la seule culture à Saint-Estèphe.

Le curé Marc-Antoine Lalanne fit de Saint-Estèphe une paroisse modèle

A l’aube du 18ème Saint-Estèphe sortait de la mendicité et connaissait enfin une prospérité. A l’évidence la vigne n’était pas étrangère à cette nouvelle aisance. On sait aussi qu’à cette époque, la dîme de Saint-Estèphe était de loin la plus importante de tout le Médoc. Cette amélioration économique due à l’activité viticole s’accompagna d’un accroissement démographique. Les habitants eurent la chance d’avoir un curé doté d’une forte personnalité. Marc-Antoine Lalanne débuta sa carrière à Saint-Estèphe comme vicaire en 1741. ll fit de  Saint-Estèphe une paroisse modèle. Si l’extérieur de l’église de Saint-Estèphe reste modeste, hormis la façade et son clocher, élevés par Duphot en 1855 dans un style néo-classique, l’intérieur richement décoré, constitue l’un des plus beaux ensembles baroques que le 18ème siècle ait produit en Gironde et témoigne du rayonnement et de la richesse de la paroisse dans ce siècle de Lumière.

La création des vignobles ou la fureur de planter

Un grand changement va s’opérer au 18ème. Jusqu’alors  on pratiquait la polyculture et l’on produisait un vin clair appelé par les anglais ‘claret’. Ce vin tout à fait anonyme va laisser place à un vin rouge qui connaîtra désormais une notoriété internationale et fera la réputation de l’appellation. Le remembrement des terres commencé dès l’époque moderne va permettre la constitution des domaines viticoles. En même temps la qualité des terroirs et des vins qu’ils produisaient, gagnait en réputation. L’engouement pour la viticulture se traduisit par la recherche de nouvelles terres à exploiter. Le curé Lalanne en 1790 comptabilisait 200  propriétaires viticoles dans sa paroisse.

On sait déjà qu’une vigne bien conduite rapportait plus que des céréales. Les terroirs autour de Bordeaux appelés « las Gravas de Bordeaus »’ étaient depuis longtemps cultivés en vigne. Le Médoc quant à lui et plus particulièrement Saint-Estèphe avait déjà commencé sa conversion viticole depuis le 13ème siècle mais restait encore sous exploité. Les riches parlementaires bordelais s’intéressèrent alors à cette partie géographique du Nord de Bordeaux et entamèrent une véritable colonisation. Cet engouement fut accentué par la notion de ‘Cru’ qui se développa dès le début du 18ème grâce à l’ingéniosité des Pontac propriétaires de Haut-Brion et de la Seigneurie de Pez à Saint-Estèphe. Le vin que l’on surnomma désormais « le New French Claret » s’était considérablement amélioré et était prisé par une clientèle internationale. De même, la notion de millésime semble apparaître dès 1708. On vit donc à Saint-Estèphe des nouveaux investisseurs achetant et remembrant des terres pour y planter de la vigne sous forme de ‘plantiers’ plus nombreux et plus étendus. A Saint-Estèphe la vigne devint pratiquement la seule culture. Elle était tellement omniprésente que l’intendant Boucher et son successeur Tourny s’en inquiétèrent car la pauvreté d’une partie de la population et le manque de production de céréales pouvaient amener aux situations de disette comme celle récente de 1758.

Des propriétaires puissants

Au 18ème siècle, à Saint-Estèphe, quelques puissants seigneurs, héritiers d’une structure féodale étaient présents. On trouvait des seigneuries directes dont celles de Lesparre, les maisons nobles de Calon, de Pez, de Pomys. Figuraient également les fiefs de Bardis, de Vallée Roussillon, du Breuil. Le chapitre Saint-André de Bordeaux possédait la justice de Saint-Corbian, tandis que Blanquet et Leyssac relevaient du seigneur du Breuil. De nouveaux propriétaires issus de la noblesse de robe, pour la plupart parlementaires à Bordeaux, négociants étrangers investissaient aussi dans le vignoble de Saint-Estèphe. Aristocrates ou bourgeois, la fureur de planter les avait atteint  comme une fièvre.  

En ce milieu du 18ème, Calon appartenait au fils d’Alexandre de Ségur surnommé ‘le prince des vignes’ car il avait acheté Mouton en 1718, après avoir hérité de Lafite et de Latour en 1716.  C’est à lui que l’on doit cette tirade « Je fais déjà du vin à Latour et à Lafite, mais mon coeur est à Calon ».

Rochette à l’emplacement de l’actuel château Lafon-Rochet était déjà constitué d’un grand plantier de vignes dont les origines remontent au 16ème siècle et appartenait aux Lafon, conseillers au parlement. La maison noble de Pez appartenait au Comte de Fumel, conseiller parlementaire

Guy Lacoste de Maniban, chevalier seigneur d’Estournel, président de la Cour des Aides, propriétaire de la maison noble de Pomys, achetait en 1758 des vignes sur la colline de Caux. Son fils Louis Gaspard d’Estournel continua le remembrement commencé par son père, et sa vie durant échangea et acheta une centaine de parcelles entre 1790 et 1853 à des petits tenanciers ou des seigneurs pour établir son domaine sur la colline de Cos dont une partie est déjà occupée au 18ème par la propriété de Cos Gaston, le futur château Cos Labory.  

Théodore Desmoulins à la fin du 18ème siècle héritait de quelques parcelles de vignes à Fontpetite, et décidait de défricher le bois d’à côté dit ‘lande de l’Escargeon’ couvert de bruyères roses. Il révéla ainsi le prestigieux terroir du futur château Montrose. Un autre ancien vignoble de Saint-Estèphe, le château La Haye, appartenait au 18ème siècle à Arbouet de Bernède, une famille de négociants ayant fait fortune avec le commerce des îles. Le château dont une partie date du 16ème siècle aurait été, selon la légende, le rendez-vous de chasse du roi Henri II et de Diane de Poitiers. On peut voir au-dessus des portes les lettres H et D entrelacées et sculptées dans la pierre.

Le succès des vins attira aussi des négociants étrangers venus à Bordeaux pour monter une affaire de négoce. Ces négociants d’origine anglaise ou irlandaise avaient acquis des propriétés et contribué au développement du vignoble. Ce fut le cas des Basterot, les Ségur ou les Phélan, qui ont laissé leur nom aux domaines Phélan-Ségur et Ségur de Cabanac. 

Les Mac Carthy (le nom subsiste aujourd’hui comme second vin de château Haut-Marbuzet) étaient très intégrés puisque un des membres fut président de la chambre de commerce de Bordeaux en 1767. Le célèbre négociant bordelais, Thomas Barton, d’origine irlandaise, était fermier d’une importante exploitation à Saint-Corbian (au domaine du Boscq). Plus tard son petit-fils se fixera à Saint-Julien.

Si les plus grands vignobles appartenaient à la noblesse de robe, à des grands bourgeois, ou riches négociants, Saint-Estèphe a toujours compté un grand nombre de propriétaires originaires du cru qui possédait des propriétés ne dépassant pas les 5 hectares. Ces vignobles bourgeois ont marqué le village d’une empreinte forte et ont donné à la future appellation une identité paysanne dans son sens le plus noble.

V-Saint-Estèphe entretient l’esprit d’une tradition paysanne, l’intimité entre l’Homme et son Terroir semble ici plus forte qu’ailleurs

Après l’âge d’or du 18ème siècle il y eut une succession de crises qui entrainèrent des changements de main dans les châteaux. La Révolution n’épargna pas Saint-Estèphe, certains propriétaires furent guillotinés, leurs biens confisqués et vendus comme biens nationaux. Ce fut le cas de Meyney qui appartenait aux Feuillants depuis 1622. D’autres choisirent d’émigrer comme le marquis de Ségur.

A partir de 1825 qui fut un grand millésime, les affaires reprirent pour quelques temps. Les prieurés-grange du Moyen-âge, les bourdieux, les premières bâtisses, avaient depuis longtemps disparu et furent remplacés par des châteaux à l’architecture diverse. Le fait de superposer le terme de « château » à celui de « cru » a sans doute contribué à la construction frénétique de nombreux châteaux au 19ème siècle. Tous les ‘Crus’ n’avaient pas de bâtisses seigneuriales, la plupart des nouveaux domaines étaient issus de portions de seigneuries féodales. Il était donc important aux yeux des nouveaux acquéreurs de construire ou reconstruire à l’emplacement d’une vieille bâtisse, un château digne de ce nom. Dans la deuxième partie du 19ème siècle, des nouveaux acquéreurs, hommes d’affaires fortunés, industriels, banquiers français et étrangers, achetèrent les crus et les développèrent. A Montrose l’entrepreneur visionnaire Dolfus fit de ce cru une exploitation modèle sous forme de village avec ses rues et ses petites places. Martyns, un banquier londonien acheta Cos d’Estournel, Cos Labory et Pomys.

Si la classification de 1855 ne compte que 5 crus classés à Saint-Estèphe, la raison en est probablement liée au manque de structuration de beaucoup de domaines à l’époque et aussi à son éloignement de Bordeaux. En effet Saint-Estèphe étant la plus septentrionale des appellations prestigieuses, les courtiers de Bordeaux mettaient plus de temps et par conséquent s’y rendaient moins souvent que dans les autres appellations. Qu’importe, Saint-Estèphe n’a rien à envier à ses voisines, son histoire ancienne, la grande variété de ses terroirs, le prestige incontestable de ses Crus Classés, la force de ses nombreux crus bourgeois pour la plupart issus de terroirs les plus nobles, font la fierté de l’appellation.

Saint-Estèphe est un village viticole qui a su garder une âme de viticulteur proche de sa vigne car ceci est ancré au plus profond de son histoire. Ce qui ne l’empêche pas d’être à la pointe du progrès grâce à des nouveaux acquéreurs qui n’hésitent pas à investir pour faire de leur cru un exemple de modernité avec des chais innovants parmi les plus beaux du Monde. Mais finalement cela n’a rien d’étonnant car si l’on se réfère au passé nous voyons qu’il y a toujours eu des hommes avant-gardistes et soucieux de mettre tout en œuvre pour l’excellence du vin. Ils ont de ce fait contribué au développement qualitatif du vignoble et à la notoriété des vins de l’appellation. Mais ce qui est nouveau est la transmission de cette volonté aux plus modestes qui apportent aujourd’hui le meilleur à leur production. Saint-Estèphe offre une image où tradition et modernité sont en parfaite harmonie. Un extrait du testament du propriétaire de Tronquoy Lalande, François Tronquoy Lalande à son fils en 1806 rappelle le bon sens du viticulteur stéphanois : « …Te voilà donc avec une belle fortune acquise par mes soins et mes privations ; mais prends garde, elle peut t’échapper. Elle ne sera rien et te ruinera en dépenses, si tu ne les cultives pas avec grand soin, j’ajoute même avec plaisir. Ainsi, si tu te fais un état et un honneur d’être agriculteur et d’aimer véritablement l’agriculture, tu connaîtras que les vraies richesses et les plus grandes richesses sont dans les biens de campagne, surtout dans ceux que tu posséderas ; que de les cultiver, c’est l’occupation la plus noble, la plus satisfaisante, la plus utile et la plus digne de l’honnête homme… »






2010  - Ouvrage réalisé pour le Syndicat Viticole de Saint-Estèphe 

Cdic Communication

Conception et rédaction: Catherine di Costanzo

Creation graphique: Virginie Obrensstein 

Photos: Christian Braud

Visuel couverture: Christian Braud et Claire Guiral

Illustrations: Vincent Duval

Clichés: archives municipales de Bordeaux, photos Bernard Rakotomanga

Carte: "lithologie Pierre Becheler", géographisme: Jean-François Dutilb

Traduction anglaise: Carine Bijon

Comments

add a comment